bloom_caroline_schmoll_2018.jpg

DÉMARCHE

Ma démarche prend racine dans l'état d'âme, l'expérience vécue. Elle se matérialise en récit autobiographique à travers un vocabulaire foncièrement organique. Le trauma anecdotique est le déclic. Le faire me permet de transcender l'état, cette première approche concerne et questionne la notion de rite de passage. Le rapport que j'entretient avec la céramique est au coeur de mes préoccupations. J'exploite la charge originelle du matériau terre et tend à rendre tangible l'idée d'images potentielles, support de croyances et de fantasmes, évocatrices de sensations et d'intuitions sensibles.

Méditatif et/ou obsessionnel il est question de répéter le geste le procédé. Je construis autour du vide, accumule les fractions, cumule les volumes. Les sujets dont je m'empare se teintent d'affects ambivalents entre attirance et répulsion, force et fragilité, élégance et vulgarité. À partir de mes sources d'inspirations que j'extrais, transforme ou dénature, je mets en jeu le rapport à l'objet, je tends a flouter son statut quand à  sa provenance, sa nature et son usage. Du spirituel au corporel, du féminin au masculin, du végétal au viscéral, les frontières entre monde animal, humain et végétal se confondent.

Des sujets susmentionnés je constitue un répertoire de forme, d'objets, de couleurs sur la base duquel je produis. Ce répertoire n'existe sur aucun support préhensile ou lisible, il est de l'ordre de l'intime, intérieur et spongieux. Il s'apparente au concept de mémoire collective. L'intérêt d'un tel recueil est la distanciation du réel, l'oubli partiel et la part de fantasme auquel il me donne accès.

Plus récemment j'ai été interpellée par la résonance anthropologique qui réside entre art sacré, art brut, production populaire et art contemporain, d'où convergent des principes communs qui échappent aux catégories, époques et sociétés. Je tente aujourd'hui d'intégrer cette idée à mes réalisations afin qu'elles deviennent la projection onirique de valeurs symboliques.

Des organes prélevés à l'herbier sclérosé, des objets à charge à l'élément de parure suggéré, mon travail dévoile un univers charnel nuancé de sensualité et d'étrange familiarité. Ma démarche évoque un monde d'une insolite naturalité et explore la relation entre les espèces ou s'enchevêtrent la projections de rituels fabulés. Par ce geste j'interroge la subtile et perméable frontière séparant la vie d'un possible au-delà. Ce questionnement relatif au monde spirituel me permet de dépasser une manière rationnelle d'envisager le monde.

En découvrir plus